Un saut dans le temps à Twyfelfontein

Après cette trêve hivernale, revenons à nos moutons (enfin… plutôt à nos éléphants, en l’occurence !)

Aujourd’hui parlons culture : on va voir le 1er site namibien classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, j’ai nommé les gravures rupestres de Twyfelfontein (ie « la source douteuse », nommée ainsi à cause de son débit plus qu’hésitant). Si vous avez bien suivi, l’art rupestre moi j’aime. Et bin là aussi, j’ai trouvé ça top ! Y’a même un rocher en forme de tête de guépard, pour les plus imaginatifs !

twyfelfontein

Accompagnés d’une guide Damaraqui parle une langue à clic que j’ai toujours pas compris comment ils font, le tour permet de découvrir d’innombrables gravures rupestres – plus de 2000 tout de même ! – le long des blocs de roches rouges qui entourent le site. L’âge estimé des gravures est de 5000 à 6000 ans (c’est du vrai temps jadis, ça, Madame !) : elles sont incroyablement bien conservées et les dessins d’animaux assez facilement reconnaissables.

twyfelfonteintwyfelfonteintwyfelfontein twyfelfonteintwyfelfontein

On ne se rend pas trop compte sur les photos, mais la gravure de l’éléphant qui ressemble à Elmer est immense. Le site est réputé notamment pour la représentation de l’Homme-Lion avec ses 5 orteils à chaque patte (et aussi sur sa queue… il devait avoir bien fumé, le chamane !!).

Prévoyez des baskets, il faut un peu crapahuter dans les rochers (c’est facile, hein, je vous rassure !).

En repartant vers notre dodo du soir à Aabadi Mountain Camp, on s’offre un petit détour pour aller admirer les organ pipes : l’érosion a façonné le basalte d’une petite gorge au bord de la route en forme de tuyaux d’orgues de 5 à 10 m de haut – des parallélépipèdes, quoi. On nous avait dit que bon, ça allait parce que que c’était sur la route, hein… mais on a bien aimé quand même, parce qu’on dirait trop la forteresse de solitude de Superman ! 🙂

organ pipesorgan pipesPioute dans les organ pipes

J’en profite pour vous présenter un arbre emblématique d’Afrique australe : le Mopane. Il fait partie de la triade des bois énergie que l’on peut brûler sans risquer de mourir gravement à cause des fumées toxiques, ses branches servent également de brosse à dents, et les himbas se servent des feuilles pour régler leurs maux d’estomac.

feuille de mopaneburned mountains

Petit tour pour admirer la montagne brûlée, qui ne l’est pas, en fait, c’est juste qu’on dirait qu’elle l’est. Ha, la bonne blague !

Aabadi Mountain Camp est « équipé de salle de bain de plein air » : ce qui signifie qu’il n’y a pas d’électricité, et qu’il faut faire un feu sous le bidon d’eau pour prendre sa douche. Ce côté Robinson Crusoé, ça réveille mon côté Lara Croft (aventurière, quoi). Oui, je sais, je suis un bisounours.

Situé au bord du lit (asséché à cette période) de la rivière Aba Huab, le camp est tranquille et ses alentours très jolis, parfaits pour une petite balade pré-apéro au milieu des amas rocheux et des acacias. On a même croisé les cousins de Zazou, des calaos à bec jaune.

Aabadi Mountain Camp, NambieAabadi Mountain Camp, NambieAabadi Mountain Camp, NambieAabadi Mountain Camp, Nambie Aabadi Mountain Camp, Nambie

Niveau budget : 

Entrée à Twyfelfontein : 6,2€ pour 2 personnes et 1 véhicule + le pourboire pour le guide (à votre bon coeur M’sieurs, Dames !)

Aabadi Mountain Camp : le moins cher des camping qu’on ait fait, et l’un de nos chouchous – compter 12,40€ la nuit pour 2. 

Le voyage : 

Calamonique en Afrique Namibie Namibie Namibie CCF Namibie Lac Guinas, Namibie parc national d'Etosha, Namibie parc National d'Etosha, Namibie Parc national d'Etosha, Namibie Parc National d'Etosha, Namibie parc national d'Etosha parc national d'étosha Kavita Lion Lodge voyage en Namibie Kaokoland, Namibie Damaraland, Namibie twyfelfontein Skeleton Coast désert du Namib-Naukluft, Namibie Walvis Bay, Namibie désert du Namib désert du Namib-Naukluft Namibie voyage en Namibie

Calamonique a déménagé, c’est par ici que ça se passe !

12 réflexions sur “Un saut dans le temps à Twyfelfontein

  1. Pingback: les otaries à Cape Cross, c’est sympa mais ça pue. | Calamonique

  2. Pingback: Comment tordre le cou à des idées reçues (Swakopmund, ça biche en fait) | Calamonique

  3. Pingback: de Walvis Bay aux dunes rouges de Sesriem | Calamonique

  4. Pingback: J’ai marché sur les plus hautes dunes du monde (bin c’est crevant) ! | Calamonique

  5. Pingback: Pendant ce temps, à Sesriem… | Calamonique

  6. Pingback: Le sable rouge du Kalahari | Calamonique

  7. Pingback: 3 semaines de safari en Namibie en 4×4 avec une tente sur le toit ! | Calamonique

  8. Pingback: J’ai trompé mon neurone, et c’était pas avec 50 shades of Grey… | Calamonique

  9. Pingback: A la rencontre des guépards de Namibie | Calamonique

  10. Pingback: 5 jours dans le Parc National d’Etosha : 1ère étape NAMUTONI | Calamonique

un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s