Rencontrer les Himbas de Namibie, une expérience unique !

Je ne sais pas vous, mais quand j’avais vu Muriel Robin partir en Namibie pour l’émission « Rendez-vous en terre inconnue« , à la rencontre des Himbas, j’en avais eu des frissons partout. Alors comme on était sur leur territoire, on s’est posé la question d’aller découvrir leur culture aussi, ou pas.

Ou pas, parce qu’on est très moyennement emballés par les « faux » villages à la Disney, où les personnes arrivent le matin dans leur village, revêtent leur habit folklorique et distraient le touriste en goguette. Ou pas, parce que l’idée de passer pour un visiteur dans un zoo me donne des sueurs froides. Ou pas, enfin, parce que apporter la culture occidentale / l’argent dans des tribus nomades, ça peut être le début de la fin…

Mais tout de même, être dans le Kaokoland et ne pas saisir la chance d’aller à la rencontre de ce peuple unique, c’est tout simplement bête.

Alors on a pris sur nous (j’ai mal dormi la nuit qui a précédé cette « visite » !), et on est parti, avec un guide local – réservé via le camp d’Omarunga – vers un village Himba à 5 ou 6 km des chutes d’Epupa.

Kaokoland, Namibie

Première bonne surprise, notre guide Thom est un cousin de la tribu que l’on a rencontré, ça fait moins colon ! Le village est uniquement tenu par des femmes avec les plus jeunes enfants : le reste de la tribu est partie avec le troupeau de chèvres dans les montagnes pour trouver des paturages. C’est donc un vrai village, mais habituellement tout le monde part : les femmes restent pour le tourisme (notre guide leur a donné un gros sac de céréales lorsque nous sommes arrivés).

La première demi-heure a été un peu pénible : notre guide touchait les bracelets / les cheveux / les parures des femmes pour nous expliquer leur signification : un peu plus on lançait des cacahouètes…

Mais ensuite, l’une des jeunes femmes nous a emmené dans la hutte principale pour nous faire une « démo » de la manière dont elles se parfument et nous montrer les différentes parures capillaires, on a joué avec un gamin et ça a un peu brisé la glace !

Kaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie Kaokoland, NamibieKaokoland, Namibie Kaokoland, NamibieKaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie

La particularité des femmes Himbas est de s’enduire la peau d’un mélange de graisse animale et de poudre d’hématite rouge. Non pas, selon une croyance généralisée, pour se protéger la peau du soleil ou des moustiques, mais uniquement dans un but esthétique ! Les bijoux, eux, sont enduits d’un mélange de graisse et de poudre noire (de la cendre ?). Les bracelets de cheville des femme sont là pour conserver leur pudeur, parce que quand même, faut pas déconner 😀

Leur statut matrimonial est visible via leur parure capillaire – tant pour les femmes que pour les hommes, et leurs bijoux ont une signification (en âge de procréer, coeur à prendre, j’ai 2 enfants…) hyper pratique pour draguer, en fait !

Nous sommes ensuite allé voir un cimetière Himba : les tombes sont recouvertes de pierre, et les têtes des vaches sacrifiées en l’honneur du mort sont exposées au-dessus de la tombe (à l’endroit pour les hommes, la tête vers le bas pour les femmes). Le nombre de tête dépend de la richesse de la personne enterrée, et la viande ainsi récupérée est laissée à Dame Nature : l’âme du mort étant à l’intérieur, c’est moyen pour la santé.

Kaokoland, Namibie

A côté, des jeunes homme à marier étaient en train de jouer à une sorte d’awalé, ce jeu de société dont vous trouverez la règle ici, parce que sinon ça va être un peu long à expliquer ! 🙂

On reconnait les hommes célibataires à leur chevelure tressée en forme de corne vers l’arrière du crâne.

Kaokoland, Namibie Kaokoland, Namibie

Leurs sandales sont faites en pneu de voiture, je suis sûre qu’on pourrait lancer la mode ^^

Niveau budget : nous avons payé l’excursion environ 53€ / personne (guide, 4×4 et boissons inclues), ça a duré environ 2h30.

On avait bien pensé appeler un guide sans passer par le camp, mais on avait uniquement un 4×4 2 places, pas très pratique pour balader quelqu’un !

Si vous souhaitez contacter Thom directement voici son numéro de portable : +264 817 567 839

Pour en savoir plus sur les Himbas, visitez le site de l’association Kovahimba, qui accompagne ce peuple dans la transition culturelle auquel il est confronté depuis une quinzaine d’année…

Le voyage : 

Calamonique en Afrique Namibie Namibie Namibie CCF Namibie Lac Guinas, Namibie parc national d'Etosha, Namibie parc National d'Etosha, Namibie Parc national d'Etosha, Namibie Parc National d'Etosha, Namibie parc national d'Etosha parc national d'étosha Kavita Lion Lodge voyage en Namibie Kaokoland, Namibie Damaraland, Namibie twyfelfontein Skeleton Coast désert du Namib-Naukluft, Namibie Walvis Bay, Namibie désert du Namib désert du Namib-Naukluft Namibie voyage en Namibie

Calamonique a déménagé, c’est par ici que ça se passe !

Publicités

18 réflexions sur “Rencontrer les Himbas de Namibie, une expérience unique !

    • oui c’était fou 😀 on a pas mal discuté après avec la femme qui se balade avec un bébé dans le dos (à côté de celle qui porte un ballot sur la tête), elle était super intriguée par ma montre, et elle voulais savoir, si on l’emmenait avec nous en France, si elle serait punie pour sa tenue, sa culture tout ça. C’était vraiment sympa.

  1. On nous a expliqué les rudiments, mais cette culture est tellement riche que 2h c’était vraiment trop court… c’est bête, on sera obligé d’y retourner !! 😉

  2. Pingback: Un saut dans le temps à Twyfelfontein | Calamonique

  3. Pingback: les otaries à Cape Cross, c’est sympa mais ça pue. | Calamonique

  4. Pingback: Comment tordre le cou à des idées reçues (Swakopmund, ça biche en fait) | Calamonique

  5. Pingback: de Walvis Bay aux dunes rouges de Sesriem | Calamonique

  6. Pingback: J’ai marché sur les plus hautes dunes du monde (bin c’est crevant) ! | Calamonique

  7. Pingback: Pendant ce temps, à Sesriem… | Calamonique

  8. Pingback: Le sable rouge du Kalahari | Calamonique

  9. Pingback: 3 semaines de safari en Namibie en 4×4 avec une tente sur le toit ! | Calamonique

  10. Pingback: Les big five de notre road-trip en Namibie | Calamonique

  11. Pingback: J’ai trompé mon neurone, et c’était pas avec 50 shades of Grey… | Calamonique

  12. Pingback: J’ai croisé mon premier daman des rochers au plateau de Waterberg | Calamonique

  13. Pingback: A la rencontre des guépards de Namibie | Calamonique

  14. Pingback: 5 jours dans le Parc National d’Etosha : 1ère étape NAMUTONI | Calamonique

  15. Pingback: les chûtes d’Ongongo, le secret le mieux gardé de Namibie ! | Calamonique

un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s